« La lecture est un art et tout le monde n’est pas artiste. » Madeleine Chapsal

Et en ce moment je ne suis absolument pas artiste !

Je ne pige pas ce qui m’arrive, ça fait deux livres presque deux livres de suite ou je m’ennuie à mourir et j’arrête avant la fin.

Deux livres avec une bonne critique à la base.

Le premier :

Des vents contraires

Alors je n’ai pas vu le film…..je pense que j’aurais du, je pense que je vais le voir parce que j’ai lu les critiques et elles sont excellentes et surtout le film n’est pas du tout fait comme le livre manifestement.

Donc le livre….tu sais si tu as vu la bande annonce du film que Sarah la femme de Paul disparait et que l’histoire tourne autour de son manque, de la manière dont Paul va gérer ça avec leur deux enfants.

Seulement dans le livre tu pige pas tout, Sarah tu sais pas pourquoi elle est partie ça commence Paul il se barre ça fait un an que sa femme a disparue ça tu le sait pas des brides de phrases….et parce que tu as vu la bande annonce du film…sinon tu n’en saurais rien. Donc Paul se barre à St Malo on sait pas très bien chez qui il part, manifestement sa région d’enfance ça aussi on le comprends à demi mots.

Bon Paul et ses enfants s’installe, le climat est lourd, nouvelle école, nouveau boulot pour Paul qui fricote plus ou moins avec une jeune qui passe son permis….oui Paul devient moniteur d’auto école…..tu sais pas trop comment là non plus.

Bon là on est au premier quart du livre et j’ai arrêté !

Je suis peut être trop « basique » mais au  quart de ce foutu livre on ne sait TOUJOURS PAS ce qui s’est passé avec sa femme et comment elle à disparu ni même si il se sont embrouillés, si elle s’est barré un matin, un soir…..tu sais pas !!!

Un peu comme si un pote te raconte sa nouvelle vie te dit « tu sais hein pour les mômes c’est difficile… » et qu’il continue sans jamais te donner l’information de base….le pourquoi il en est arrivé là, de pourquoi c’est difficile pour ses mômes.

Donc j’imagine que c’est un style littéraire le style je vous tient en haleine tout le long de la moitié du livre avant d’expliquer la chose.

Ben ça m’a tellement saoulé que perso j’ai laissé totalement tombé le bouquin effet raté pour ma part….alors que je suis certaine que j’aurais pu adorer ce bouquin si l’auteur y avait mis un peu plus de simplicité dans sa mouture.

le deuxième :

Rien ne s’oppose à la nuit

Delphine de Vigan ayant un peu la cote je me suis dit « alléluia j’achète » puis le titre quoi….le titre….(tant pis pour celles qui pigent pas)

Alors Delphine pour le coup elle plante le décor direct, sa mère se suicide d’entrée et elle décide de retracer sa vie, une sorte d’enquête sur la vie de sa mère et du coup sa propre vie.

Alors je dois dire que j’ai bien commencé le livre j’ai accroché dés le départ, l’écriture est bonne, elle alterne entre passé et présent mais sans que ce soit dérangeant au contraire.

Cependant je n’ai pas fini non plus ce livre, au trois quart de celui ci en fait je me suis vraiment demandé ou l’auteur voulait en venir….

Quel est le but de ce livre ?

Les personnages y sont décrit avec un vrai détachement, je n’ai senti aucune compassion pour les personnages bien au contraire, aucun attachement, l’écriture est froide, mécanique….Delphine raconte la vie de sa mère de la même manière que ce soit les drames ou les joies….sans émotions.

Au trois quart du bouquin j’ai trouvé ça tellement lourd que j’ai laissé tombé.

Donc voila un bilan plus que nul concernant deux livres que je voulais vraiment me procurer !

Je suis surement très exigeante en matière de livre, j’attends du rire, de l’émotion….depuis un certain temps je ne trouve plus mon compte.

Ha oui entre deux en une journée j’ai lu le dernier de l’accros du shopping, celle ou elle a une gosse juste abominable que t’a qu’une envie lui tirer des tartes alors que tu es contre la fessée et autre punitions physiques !

Et puis coté scenario pourrie ou il ne se passe absolument rien si ce n’est une accros qui court partout avec sa gosse bigrement mal élevée pour organiser un anniversaire franchement ringard et beauf pour son mec….. ça ne mérite même pas que j’en parle plus que deux lignes.

6 Commentaires

  1. J’ai adoré Des vents contraires !
    C’est un de mes livres préférés…
    J’ai bien aimé le film aussi, mais comme toujours, je l’ai trouvé moins bien que le livre.

    Hier soir, j’ai commencé Les lisières, le dernier Olivier Adam, ça a l’air top aussi !

  2. J’avais e9crit un autre message avant celui le0 qui euxqilpait mon mon point de vue, mais en fait je me suis dit e0 la re9flexion que c’e9tait inutile, il suffit de lire les œuvres pour comprendre, et mille pages d’explication ou d’interpre9tation ne vaudront jamais un chapitre de l’original. Pour faire court, la fin du XIXe8me en Russie qui voyait la cohabitation entre la noblesse viellissante et l’installation de la bourgesoisie (je parle de Moscou et Pe9tersbourg) e9tait, quand on lit les oeuvres qu’elle a engendre9es, bien moins prude que ce qu’on peut vivre aujourd’hui (on pourrait de la meame fae7on eatre choque9 en France si on lisait vraiment certains Balzac). Anna Kare9nine n’est pas du tout une figure de la modernite9, au contraire, elle n’assume absolument rien et c’est ce qui la conduit au suicide. Alors qu’elle peut divorcer, elle ne le fait pas. Elle devient quasi hyste9rique quand elle part e0 l’e9tranger alors que rien ne l’empeache de vivre ses passions. En fait elle est une digne repre9sentante de la noblesse et dans sa manie8re d’agir, et dans les symptf4mes qu’elle va de9velopper au cours du roman, dans son refus d’accepter qu’elle est finalement libre de faire ce qu’elle veut. Sa culture aristocratique la rappelle sans cesse. C’est finalement le sens de son suicide (en dehors de la jalousie), incapable de s’adapter au monde qui e9volue autour d’elle, elle a encore des valeurs de fide9lite9 et d’exclusivite9 en elle. La voir moderne sous le prisme de l’adulte8re c’est ridicule car re9ducteur, e7a n’a rien d’une libe9ration pour elle, ni pour Tolstoef, qui finira meame d’une certaine manie8re par appre9cier ce personnage qu’il voulait de9noncer car il se rend compte qu’en fait, elle appartient beaucoup plus au passe9 qu’e0 l’avenir. D’of9 le fait de la faire mourir sous le train de la modernite9 par le suicide. C’est la civilisation qui lui est passe9e dessus par ce train. La technique allant plus vite que n’e9volue les moeurs. Anna Kare9nine est pratiquement en soi un arche9type aristocratique.Les exemples de femmes e9mancipe9es ne manquent pas dans la litte9rature, c’est dommage d’en prendre pratiquement un contre exemple ; il suffit pour cela de lire l’ouvrage et de lire quelques notes de Tolstoef lui-meame e0 se sujet.

  3. Coucou Minhoi

    Tu le sais à la fin vraiment ce qui c’est passé avec sa femme, si mes souvenirs sont bons :), il est moniteur auto-école car son frère a reprit l’auto école de leurs parents donc il va y bosser. Idem que Patrici@ j’ai beaucoup aimé ce livre. Essaye de te remettre dedans.

  4. Alors moi je n’ai pas lu le livre mais vu le film, et j’ai adoré…

    1. J’ai pas vu le film hélas

  5. Superb read, I simply handed this

    particular on to the friend who had

    been carrying out a small study with

    that. And that he really purchased me

    personally lunch time when i thought it

    was with regard to him or her grin

    Therefore allow me to rephrase which:

    Appreciate lunch time!

    http://watchesblogui.com
    “Remember It’s Ten times tougher in

    order to order the actual hearing

    rather than capture the attention.”

    through Duncan Maxwell Anderson

Laisser un commentaire